Japan ASBL

技 (gi), la technique

Ne répétez pas les mêmes tactiques, même si victorieuses, adaptez-vous aux circonstances, à chaque fois particulières (Sun Tzu)

Les arts martiaux se ressemblent comme les langues d’un même famille se ressemblent (exemple : le français et l’italien).  Ce n’est pas parce que vous parlez l’une que vous saisirez toutes les subtilités de l’autre mais, bon, en gros, vous comprenez.  Une étude plus poussée vous permettra bien sûr de faire encore mieux.  C’est ce que nous proposons dans notre Université d’Arts Martiaux Japonais.

Selon assiduité et examens, vous serez Ceinture noire en :

DSC_0143 - Copie

Karatedō – 空手道 & Jūjutsu – 柔術  : en 4 ans de pratique

Aikidō – 合氣道  : en 5 ans de pratique

Kōbudō – 古武道 & Iaidō – 居合道 : en 6 ans de pratique

Ninjutsu – 忍術 : en 7 ans de pratique

Lorsque l’on pratique un seul art martial, on pense y trouver la vérité.  Et ce n’est pas impossible puisque, à vision unique, vérité unique.  Mais l’on se prive d’une certaine ouverture au prix de sa zone de confort.

Lorsque l’on pratique plusieurs arts martiaux, on se rend compte que tous se rejoignent.  Le problème c’est que l’on perd beaucoup de temps à retenir, d’une discipline à l’autre, des termes différents désignant la même chose ou des techniques en apparence distinctes et qui, en réalité, sont strictement identiques à une fioriture près.

 

Il convient donc d’éviter les deux écueils en structurant les enseignements afin de :

  • respecter un certain purisme pour ne pas prêter le flanc à la critique, justifiée, des « mono-discipliné » ;
  • développer une certaine vision universelle pour consacrer les gains d’échelle énormes résidant dans le fait de pratiquer plusieurs arts japonais (c’est la raison d’être de notre appellation d’Université).

 

Aucun combat n’est net et sans bavure, c’est pourquoi l’entraînement doit être rigoureux mais l’esprit lucide et ouvert.

 

Le Dōjō Shūninkai (修忍会), notre Université des Arts Martiaux, est reconnu par la Dai Nippon Butoku Kai (大日本武徳会) qui est l’association d’obédience impériale fondée en 1895 à Kyōto pour la préservation de TOUS les arts martiaux japonais dans leur acception (et donc non compétitive) traditionnelle et leur vertus éducative.

 

Notre Recteur est diplômé dans plusieurs arts martiaux japonais par la DNBK Japon.  Il emmène tous les 4 ans ses élèves à Kyōto pour des examens de ceinture noire devant les grands maîtres du Honbu DNBK.  Ils y reçoivent le même type de diplôme que ci-dessus, signés par le Gouverneur de la DNBK (qui est toujours, depuis sa fondation en 1895, un membre de la Famille Impériale japonaise) et le Président de la DNBK Hamada Hanshi 9° dan.

Scroll to top